Il a été emporté dans l'au-delà des chats par un automobiliste, tout près de chez nous, il y a un mois. 

Tout comme chez La Poule, ça a été une vraie catastrophe pour toute la famille. 

Séraphin, ce n'était pas seulement un chat, c'était un ami. 

C'était mon interlocuteur, lorsque nous étions tous les deux à la maison. 

C'était mon compagnon du soir lorsque j'arrêtais de tricoter pour qu'il puisse s'installer sur mes genous et téter comme un gros bébé-chat son plaid préféré.  C'était un ronronneur hors pair. 

C'était un joueur qui nous amusait beaucoup.  Je lui avais même crocheté un jouet personnalisé, un oiseau en raphia. 

Il était super-malin et, malgré notre déménagement pour Barcelone, il s'était vite habitué au changement et avait beaucoup d'amis à aller visiter chaque jour. 

Ma voisine, chez qui il avait son fauteuil préféré dans le salon, en plein soleil, et aussi son morceau de jambon, chaque jour, à la même heure. 

La femme de ménage de la résidence, qu'il allait saluer chaque matin et à côté de laquelle il s'asseyait lorsqu'elle faisait une pause. 

Les élèves de l'école d'en face, qu'il allait rejoindre lors de leurs récréations. 

Il allait bien loin, où on lui donnait d'autres prénoms. 

Il avait appris à chasser le lézard tout maigrelet à la place des souris bien dodues de chez nous et à profiter du soleil qui réchauffait notre chambre dans la matinée. 

Voilà, il n'est plus physiquement mais, dans mon coeur, il restera toujours et, pour me consoler de son absence, je viens de fabriquer un doudou à son image. 

DSCF0004

Séraphin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modèle inspiré d'un mobile vu chez Crapaud Poilu