Ma copine espagnole, trouvé sur le blog de Karine, décrit merveilleusement bien l'Espagnole-type "qui en veut". 

On dirait mes voisines... mais chut ! 

Bonne lecture ! 



Ma copine espagnole
   

 

Ma copine espagnole, elle est presque tout comme moi

Sauf que ...

Ma copine espagnole n’a pas encore d’enfant, elle n’a pas le temps.
En revanche, elle a un "chalet" (pavillon) tout beau, tout neuf, pour lequel elle économise depuis qu’elle travaille (23 ans) et pour lequel elle et son mari ont pris un crédit de 30 ans.

Elle a vécu chez papa et maman jusqu’à son mariage (30 ans), justement pour économiser pour sa maison, mais aussi parce que ça ne se fait pas de vivre ensemble sans être marié (et hors de question de jeter l’argent par les fenêtres en prenant une location). Elle vient donc à peine de découvrir la vie de couple ... avec ces pour et ces contre. Son mari, comme elle, a été gâté par sa mère pendant des années : ils ont été habitués à mettre les pieds sous la table en arrivant chez eux et à trouver les vêtements toujours propres et repassés. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre et ils savent à peine se faire à manger ou repasser une chemise. Alors pour remédier à tout ça, ils ont pris une femme de ménage, ouf.

Pour meubler leur pavillon, ils ont écumé les magasins comme tout le monde, et ont acheté des pièces presque toute faites : le meuble de la télé assorti à la table basse, assortie à la table à manger, avec les chaises qui vont avec, coordonnées avec le canapé et les fauteuils. Ma copine aime d’ailleurs aussi coordonner son sac avec ses chaussures (à talon). Elle travaille en tailleur, le jeans étant réservé pour le week-end, et encore. Elle prend des cours de golf, bien entendu et s’est inscrite à un MBA executive dans une des meilleures écoles de la ville, qu’elle suit le w-e (vendredi après-midi et samedi matin). C’est pour sa carrière. Elle est une executive woman et aspire à un poste à responsabilité.

Ses journées sont longues au bureau. Elle arrive à 9h30 et sort à 20h et des brouettes pour courir ensuite à son club de gym où elle fait du Pilates ou du Spinning (Cycling). A midi, elle mange généralement une salade sur le pouce et, quand elle en a le temps, va déjeuner "de menu" avec ses collègues dans un restaurant : une entrée, un plat, un dessert ou café, boisson et pain pour moins de 10 euros.
L’été, du 15 juin au 15 septembre, elle a "jornada intensiva", c’est-à-dire qu’elle travaille de 8h à 15h non-stop. Pour tenir le coup, vers midi, elle descend au bar d’à côté prendre un café au lait et une tartine avec de la tomate et un filet d’huile d’olive ou un morceau de tortilla (omelette espagnole). L’après-midi, après le travail, elle rentre à la maison faire une sieste (c’est dur de se lever si tôt pour arriver à 8h au travail) et va ensuite passer le reste de l’après-midi à la piscine de sa résidence. Elle a de la chance, en une après-midi elle a un bronzage que je mets 3 semaines à obtenir grâce à sa peau mate.
Elle a une collection de bikinis, pas un seul maillot une pièce, et bien entendu les paréos assortis et plusieurs sacs de plage.

Quand il y a un pont, ma copine et son mari fuient la ville pour aller à l’appartement de la plage appartenant à la famille de l’un ou l’autre. Ils passent leurs journées à la plage sur un transat sous un parasol. Le midi ils vont déjeuner au "chiringuinto" (bar de plage), puis retournent faire leur sieste sous le parasol à 40º. Quand ce n’est plus la saison pour aller à la plage, ils s’offrent des w-e dans un Parador ou dans une maison rurale chic. Parfois ils vont faire du ski en Andorre (où il y a aussi un méga super spa) ou chercher le soleil aux Canaries.

Ma copine raffole des potins. Elle m’a même initiée, et je suis devenue une experte sur les "famosos" (personnes célèbres). Elle adore lire Hola ! chez le coiffeur. Elle y va tous les mois pour ses mèches. Elle regarde aussi les programmes "people" à la télé. Elle a l’embarras du choix : le matin, l’après-midi et en prime-time le soir. Quand il y a football (trop souvent), on va dîner entre filles dans les derniers restaurants à la mode. On reçoit assez rarement chez les uns ou chez les autres, sauf pour les anniversaires par exemple. Après le restaurant, nous allons généralement boire un verre dans un bar aussi à la mode (dont on a entendu parler dans Elle ou Vogue).

Quand elle aura des enfants (avant ses 40 ans), elle sait déjà comment elle va les habiller, style classique anglais ... et coordonnés !

Voilà c’est elle et c’est ma copine !

Madrid, Décembre 2006, le site de Karine www.expatespagne